Grey's Anatomy RPG

Comment rentrerez vous au Seattle Grace Hopital; en tant que médecins, ou patients ?
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 -La joute aux maux médicaux-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: -La joute aux maux médicaux-   Mer 27 Juil - 11:50

Lidwine Levingston & Izzie Stevens

-La joute aux maux médicaux-


Izzie dormait en salle de garde lorsque son bippeur sonna... Elle venait de préparer un patient pour une craniotomie après avoir aidé une hématophobe... Elle s'était disputé avec Meredith pour un rien, mais le soir même tout devrait déjà s'être arrangé. Bref, Izzie était épuisé, elle était debout depuis, elle ne savait pas quelle heure, mais elle dormait, exténuée de fatigue à à peine 14 heures.

*Pourquoi me bippe-t-on à cette heure-là?! C'est pas possible! Ils savent que je suis fatiguée... Je n'ai même pas mangé! Elle ils m'appellent pour...*

Izzie s'assit sur son lit et prit son bippeur entre les mains. Elle se frotta les yeux tout en baillant, le cou attirer vers le bas, et se forca à lire. C'était pour une...

"-CRANIOTOMIE! "

Izzie avait oublié cette intervention que Derek lui avait proposé d'assister... Enfin le docteur Sheperd, elle avait tendance, comme facheuse habitude, d'appeller son titulaire "Derek", ou le docteur Mamour, à cause de sa relation avec sa meilleure amie. Mais elle devenait un peu trop privée avec lui, jusqu'à se permettre d'oublier une opération... Il fallait qu'elle redevienne vite, même très vite professionnelle!
Elle se leva d'un bond, s'attacha les cheveux, et partit prendre sa blouse aux casiers.
Ensuite elle se dirigea dans la chambre du patient en question; Monsieur Cambridge. Le docteur Sheperd et deux infirmières l'attendaient dans cette chambre. Elle n'avait que 5 minutes de retard et s'en voulait, mais Derek l'a mit à l'aise avec son cèlèbre sourire dévastateur.
La tension retomba, mais Izzie se força à lui sourire en retour:

"-Je revoyait le planning de la journée en bas, et puis il n'y avait plus de place dans l'ascenseur, donc j'ai pris l'escalier..."

Mais elle savait qu'elle s'enfonçait, donc elle préféra se taire.
Son titulaire expliqua une dernière fois l'opération et son but à Monsieur Cambridge, pendant que Izzie remplissait les dernières formalités administratives.
Les infirmières furent appelées, et le docteur Sheperd aussi. Bippé, elle dit à Izzie d'amener le patient au bloc.
Alors qu'il quitté la chambre, le patient fut en manque de potassium, et eut du mal à respirer. Son corps tremblait, et il regardait Izzie d'un regard de chien battu, avant que ces derniers se retournent, et qu'il commence à s'étouffer.
Izzie ne sut quoi faire...

*Le docteur Mamour Sheperd!*

Elle sortit alors:

"-Docteur Sheperd?! Docteur Sheperd!"

Mais il n'était déjà plus là. Alors elle fut obligé d'entuber le patient, assisté d'une infirmière, et partit en vitesse dans le couloir, vers un bloc opératoire.
Très vite elle percuta un autre lit.
Enervée et stréssée, Izzie regarda l'infirmière qu'il le "conduisait". Elle semblait voulopir l'emmener dans un bloc elle aussi, hors, il n'y en avait que deux, et le premier était déjà pris par le docteur Burk...
Izzie lança alors:

"-J'ai une craniotomie par le docteur Sheperd, et l'état du patient s'est aggravé!"

Revenir en haut Aller en bas
Lidwine Levingston
Infirmière
avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 22/01/2011

Feuille de personnage
Travail : Infirmière
Points Bonus: 59

MessageSujet: Re: -La joute aux maux médicaux-   Ven 29 Juil - 9:51



    Je me redressa de la cuvette des toilettes remettant correctement mes cheveux en arrière. A genoux dans le cabinet de toilettes je soupira lentement, mes yeux remplis de larme. Je renifla et me concentra pour ne pas me mettre à pleurer, j'essayais de ne pas penser au bébé qui était en train de grandir dans mon ventre. Je secoua la tête de dégoût ou bien de tristesse et je me releva m’appuyant sur les parois des cabinets. J'ouvris la porte et jeta un coup d'oeil dans la pièce ou du carrelage blanc était collé au mur. Je trouvais ça immonde qu'il y est ce carrelage dans tout les sanitaires des hôpitaux. Je me dirigea vers un robinet et ouvrit l'eau avant de passer mes mains dessous et de les frotter avec du savon. Je me sécha ensuite les mains avec le papier qui se déchira alors que j'eu à peine le temps de sécher mon index. Je soupira et me regarda une dernière fois dans le miroir pour voir si je n'avais pas une trace de stylo, ou autre chose du genre qui aurait put retenir l'attention d'un patient ou d'un médecin. Je passa mes mains sous mes yeux espérant pouvoir estomper un peu mes cernes, mais rien à faire, elles ne bougeaient pas de là depuis au moins trois semaines. Je soupira encore une fois avant de sortir des sanitaires.
    J'arriva à l'accueil ou j'attrapa le dossier que l'infirmière me tendait en me disant quelque chose que je n'écouta même pas. Je lus rapidement le dossier du patient que je devais apparemment préparer pour le bloc.
    J'arrive à la chambre du patient, un homme du cinquantaine d'année. Je me força à sourire tout en posant son dossier sur la tablette.
    Je lui expliqua que j'allais le préparer pour l'opération, je ne savais même pas pour quelle opération je le préparais. Je ré ouvrit le dossier et chercha la page où tout était indiqué. Le patient attendait une greffe de poumon, et les poumons venaient d'arriver. Je compris qu'il fallait que je me dépêche avant qu'il ne soit trop tard.
    J'aida le patient à ce mettre sur un lit moins grand, je défis le haut de sa tenue de patient et mis de la bétadine sur son torse. Je lui mis une première dose d’anesthésiant comme il était demandé sur le dossier. Je partie dans la petite salle de bain pour me laver les mains à nouveau. Quand je me retourna, je m'aperçu que le patient avait dut mal à respirer; il fallait absolument qu'il se fasse opérer, je le savais, bien que je ne sois pas chirurgien. J'enfila un masque d'oxygène autour de la tête du patient et je me dépêcha de me diriger vers un bloc. Il fallait que je prenne l’ascenseur pour descendre au bloc, j'appuya plusieurs fois sur le bouton tout en rassurant le patient. Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent lentement, je passa et attendit avec impatiente que les portes se referment. Heureusement, personne n'était monté avec moi. Une fois à l'étage inférieur, je me dirigea vers le couloir du bloc en regardant le patient et lui parlant lui expliquant la situation, et qu'il n'avait pas a s’inquiéter.
    Mais une collision avec un autre lit ralentit ma lancé. Je leva la tête et aperçu une jeune interne blonde qui me lança:

    J'ai une craniotomie par le docteur Sheperd, et l'état du patient s'est aggravé !

    Je compris de suite qu'il ne restait plus qu'un bloc, je soupira l'air désespéré avant de reprendre sur moi et de lancer un regard noir à l'interne.

    C'est quoi cette organisation des blocs ? Il est marqué que le Dr Altman a besoin du bloc 2 pour une greffe de poumons, ça me parait bien plus urgent sachant que les poumons du patient sont en train de donner fin !

    Je poussa son lit avec le bout de celui de mon patient et j'essaya de passer avant elle.

    La craniotomie de Sheperd peut attendre !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: -La joute aux maux médicaux-   Ven 29 Juil - 10:07


*La craniotomie de Sheperd ne peut pas attendre... Et puis, je rêve ou elle est infirmière? Je ne dis pas qu'il y a de sous métier, mais je suis prioritaire! L'opération est prévue depuis une semaine déjà. Ses poumons vont donner fins? Justement ils VONT, dans un futur proche, même si je ne lui souhaite pas! Mais mon patient convulse, il est en train de mourir. Le sien n'a pas de tube dans la gorge, est-elle aveugle ou quoi?*

Izzie tira une grimace, et ne supportant pas de se faire doubler, encore moins pour une opération, elle avança à nouveau, et percuta une nouvelle fois l'autre lit. L'infirmière fit les gros yeux, et regarda Izzie avec désarrois et indignation, bouche bée.
Izzie quand à elle, gardait le sourire, mais un sourire sarcastique...
Elle l'oublia très vite avant de serrer les dents, pour se calmer et tenter de se concentrer. Il fallait qu'elle trouve les mots justes pour faire comprendre à l'autre fille qu'elle et son patient étaient prioritaires.

*Je suis obligée de lui sortir des arguments?! On est pas sortit de l'auberge!*

Izzie s'enerva:

"-Je ne rigole pas, je suis préssée, regardez l'état de mon patient!"

L'autre s'executa, mais resta de marbre.
Izzie arrêta alors de pousser:

"-Mais c'est quoi votre pronblème?! L'opération est prévue depuis une semaine; une CRANIOTOMIE! Les poumons de votre patient vont lacher? Tant pis pour lui... Sans vous manquer de respect, dit-elle en regardant le patient en question qui fronça les sourcils, mais ce n'est pas encore le cas... Il peut attendre non?"

Izzie savait qu'il fallait aller chercher plus loin...

*Il va falloir que j'emplois la carte de la compassion, et temps qu'à faire autant jouer sur les malheurs de mon patient... Tels qu'ils soient; même inventés...*

Izzie se gratta le front tout en lachant prise, et en souriant, ce qui surpris les gens tout autour.

"-Autant pour moi... Mais regardait mon pauvre patient... Le votre n'a pas de tube; le mien si. N'est-ce pas triste? Vous êtes infirmière, vous devez comprendre non. Moi aussi je comprends pour votre patient, mais j'ai l'ordre des priorités, et la première en l'instant présent s'avère être la craniotomie de MON patient... Comprenez, il n'a jamais voulut ça; il a déjà essuyé un cancer il y a un an, et puis... Sa... Sa femme est morte..."

Le patient fit les gros yeux, et poussa un cri, mais Izzie lui posa la main sur la bouche, et lui chuchota à l'oreille:

"-Jouez le jeu..."

Le patient déjà mal en point simula des pleurs.

"-Vous voyez? Et puis il convulse depuis tout à l'heure... S'il vous plait, soyez humaine. Et puis, comme je l'ai dit tout à l'heure: vous n'êtes qu'infirmière..."

Mais là c'était le mot de trop...

*Euh... Voilà, encore une gaffe; j'éspère qu'elle ne vont pas toutes me lyncher...*
Revenir en haut Aller en bas
Lidwine Levingston
Infirmière
avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 22/01/2011

Feuille de personnage
Travail : Infirmière
Points Bonus: 59

MessageSujet: Re: -La joute aux maux médicaux-   Ven 29 Juil - 17:20



    La situation dans laquelle j'étais avec cette interne était digne d'une scène de cinéma, deux personnes qui se battent pour avoir un bloc opératoire. Qu'elle situation infantile ! Cette fille l'était de toute façon, rien que sur son visage, on voyait que l'adjectif qui la qualifiait le mieux était 'puéril'. Pour qui se prenait-elle pour être aussi agressive envers moi ? Aucune politesse.
    Elle décrocha une grimace quand j'essaya de passer devant elle et elle donna à nouveau un coup dans le lit de mon patient. J'étais tellement étonnée de cette immaturité qu'avait cette fille qui paraissait intelligente que mon visage se dévisagea. Non, en fait elle ne paraissait pas du tout intelligente, elle cherchait juste a créer une dispute en plein milieu d'un couloir, nous aurions tout à fait pus avoir une discutions civilisée mais cette interne préférait se confronter à moi en m'attaquant directement sans même me dire bonjour.

    Je ne rigole pas, je suis préssée, regardez l'état de mon patient

    En plus, elle était égoïste, elle n'avait donc pas vus l'état de mon patient ? Si je ne l'emmenais pas au bloc de suite il allait mourir alors que des poumons neuf l'attendait dans le bloc. Je ne bougea pas continuant à forcer pour qu'elle ne me pousse pas. Elle arrêta d'essayer de faire bouger le lit de mon patient et enchaîna:

    Mais c'est quoi votre pronblème ?! L'opération est prévue depuis une semaine; une CRANIOTOMIE ! Les poumons de votre patient vont lacher ? Tant pis pour lui... Sans vous manquer de respect, ce n'est pas encore le cas... Il peut attendre non?

    J'hallucinais. Pour qui ce prenait-elle ?

    Mon problème c'est vous et votre égoïsme. Une craniotomie peut se faire à tout moment et elle peut être reportée à une demi heure non ? Le temps que l'autre bloc se libère. Des poumons attendent mon patient et si il ne les a pas dans les minutes à venir il va mourir ! Ce n'est pas ça qui vous préoccupe le plus, apparemment, c 'est votre patient, donc c'est bien ce que je dis, vous êtes égoïste.

    La réaction de mon interlocutrice ne fut pas celle à laquelle je m'attendais. Elle sourie tout en me regardant gentiment. Je resta a lui lancer un regard noir.

    Autant pour moi... Mais regardait mon pauvre patient... Le votre n'a pas de tube; le mien si. N'est-ce pas triste? Vous êtes infirmière, vous devez comprendre non. Moi aussi je comprends pour votre patient, mais j'ai l'ordre des priorités, et la première en l'instant présent s'avère être la craniotomie de MON patient... Comprenez, il n'a jamais voulut ça; il a déjà essuyé un cancer il y a un an, et puis... Sa... Sa femme est morte

    Je sourie à mon tour hypocritement tout en soupirant.

    J'en est rien à faire. Il a un tube dans la gorge ? Tant mieux, il pourra respirer tout seul pendant que MON patient se fera greffer de nouveaux poumons.

    J'essaya à nouveau de passer mais elle me retint une nouvelle fois.

    Vous voyez ? Et puis il convulse depuis tout à l'heure... S'il vous plait, soyez humaine. Et puis, comme je l'ai dit tout à l'heure: vous n'êtes qu'infirmière...

    Je leva la tête lui montrant mon énervement qui devait se voir sur mon visage. Alors là, c'était la meilleure ! Elle se permettait de juger mon métier insinuant fortement mon infériorité face à elle ! Je n'en revenais pas.
    Je secoua la tête avant de répondre:

    Mais tu te prend pour qui ? Tu es interne et moi infirmière donc je dois être sous tes ordres ? Mais j'hallucine là ! Tu es interne depuis seulement 1 ou 2 ans, je suis infirmière depuis 8 ans ! J'ai sûrement passé plus de temps dans un bloc que toi, ton travail est d'une grande facilité à côté du mien ! Tu ne te rends vraiment pas compte de ton égoïsme ! Si tu crois que je vais me laisser faire par une garce comme toi, tu rêve.

    Je m'étais permis de la tutoyer sur le coup de l'énervement, mais j'avais déjà préparé ma réplique au cas où elle me fasse une remarque sue ce point. Je poussa fortement son lit avec celui de mon patient.

    Alors tu m'exuses, mais après ce que tu viens de dire, tu es dans l'obligations de me laisser le bloc !

    Je me dépêcha d'avancer espérant qu'elle ne me rattrape pas, même si ce n'était pas gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: -La joute aux maux médicaux-   Sam 30 Juil - 10:32



*Elle me tutoie et me traite de garce?! Non mais c'est vrai... Elle est infirmière, et elle y est depuis 8 ans, elle connait son métier, moi je dois l'apprendre, car c'est moi qui opérerais plus tard... Et elle ne veut pas me laisser passer. Mon patient meurt sous ses yeux, et elle ne veut pas me laisser passer?!*

Izzie, énervée, attrapa l'autre par le bras. Elle avait un regard noir, mais un regard remplit de larmes et de tristesse:

"-Pour qui vous prenez vous pour me tutoyer?! Je rêves ou quoi? Vous êtes infirmière? Cool... Depuis 8 ans? Encore mieux! Vous connaissez votre métier... Moi je dois l'apprendre, car c'est moi qui opérerais plus tard, et vous vous m'en empécher. Et en plus de ça vous me traiter comme un chien. Je suis une garce. C'est facile de dire ça, tellement facile de me dire ça qu'on me l'a dit au grand nombre de fois sans raison. Mon père, alcoolique quand il a laissé ma mère toute seule, les photographes, devant lesquelles j'ai été obligé de poser nue pour me faire de l'argent et ainsi arriver à me payer mes études. Alors ça ne me touche plus, c'est bon, j'ai appris à porter cette étiquette... Et comme je suis médecin, et humaine avant tout, je ne vais pas laisser une dispute débile s'interposer devant nos patients. Car on se fout quel patient appartient auquel. Je coupe court à la conversation, allez-y..."

Izzie avait été gravement touchée par ce que lui avait dit l'infirmière... Elle s'était toujours vut comme une garce à force de se l'entendre dire. Elle tachait d'oublier son passé, cette souffrance, mais c'était trop dur. Surtout quand quelqu'un comme elle venait le lui rappeller.
Elle se retourna, se frotta les yeux d'un revers de mains pour s'enlever les larmes, respira un bon coup, les yeux fermés, le visage en l'aire, posa ses mains sur ses hanches pour la laisser retomber.
Et gentilment, humainement, avec le plus d'humanité possible, elle s'avança vers son patient, et lui parla, comme une mère parle à son enfant quand il a besoin de réconfort:

"-Désolée, mais on va devoir attendre un petit peu... Vous croyez pouvoir faire ça pour moi. Je tacherai de vous soulager le plus possible... Ne vous inquiétez pas, je vais rester à côté de vous..."

Elle était penchée sur lui, lui chuchotant ces quelques mots à l'oreille, essayant de lui sourire, et lui tenant la main avec les deux siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Lidwine Levingston
Infirmière
avatar

Messages : 240
Date d'inscription : 22/01/2011

Feuille de personnage
Travail : Infirmière
Points Bonus: 59

MessageSujet: Re: -La joute aux maux médicaux-   Lun 1 Aoû - 13:29



    Je sentis sa main se serre sur mon bras pour me rattraper. Je souffla d'énervement et me retourna vers elle. Elle me regardait avec un regard de ... chien battu. Si elle faisait se regard pour que j'ai pitié, c'était raté. En temps normale j'aurais eu pitié, mais quand il s agissait du travail et de l'esprit compétitif, je n'avais plus aucun compassion.

    Pour qui vous prenez vous pour me tutoyer ?! Je rêves ou quoi ? Vous êtes infirmière ? Cool... Depuis 8 ans ? Encore mieux ! Vous connaissez votre métier... Moi je dois l'apprendre, car c'est moi qui opérerais plus tard, et vous vous m'en empêcher. Et en plus de ça vous me traiter comme un chien. Je suis une garce. C'est facile de dire ça, tellement facile de me dire ça qu'on me l'a dit au grand nombre de fois sans raison. Mon père, alcoolique quand il a laissé ma mère toute seule, les photographes, devant lesquelles j'ai été obligé de poser nue pour me faire de l'argent et ainsi arriver à me payer mes études. Alors ça ne me touche plus, c'est bon, j'ai appris à porter cette étiquette... Et comme je suis médecin, et humaine avant tout, je ne vais pas laisser une dispute débile s'interposer devant nos patients. Car on se fout quel patient appartient auquel. Je coupe court à la conversation, allez-y ...

    Cette fille était vraiment au summum de l'égoïsme. Je ne trouvais plus rien a dire tellement j'étais énervée. Cette fille pensait être la seule a avoir des problème ? Elle croyait vraiment que j'allais avoir pitié d'elle ? Je pris ma respiration calmement pour me forcer à ne pas lui envoyer ma main sur son visage pale.
    Je décida de jouer sur l'ironie.

    C'est vrai ? Waa, c'est fou quand même ! Mais tu crois vraiment être la seule a avoir galéré comme ça ? Je ne vais pas te raconter ma vie car je ne vois pas pourquoi le ferais, mais sache qu'elle a été bien plus dur que la tienne.

    Elle avait bougé pour me laisser passer. Je lui fit un sourire hypocrite:

    Merci. J'aurais peut être dut te dire, priorité aux femmes enceintes au début, tu m'aurais peut être laissé passer.

    Je savais que cette phrase n'allait peut être pas particulièrement la toucher, mais ça la déstabiliserait peut être. Je me rendis compte qu'elle était la deuxième personne à savoir que j'étais enceinte. Je venais de dire à une inconnue que je n'aimais déjà pas que j'étais enceinte ?! Je secoua la tête espérant que j'oublierais.
    Je tourna la tête me dirigeant vers le bloc pour y entrer. Je vus un lit sortir de l'autre bloc opératoire un peu plus loin. Je tourna la tête vers l'interne la fusillant du regard. Finalement, le docteur Burk avait finit plus vite que prévu et l'interne et moi pourrions avoir chacune notre bloc.
    J'entra dans le mien et installa rapidement le patient.


[Tu conclus ? :) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: -La joute aux maux médicaux-   

Revenir en haut Aller en bas
 
-La joute aux maux médicaux-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les maux qui ravagent Haiti: A la recherche d'une solution ou d'un remede
» Les épreuves... Joute orale
» La musique adoucit les maux... [Dark Boursouf]
» La XVe Joute des Champions de Rôle'N'Troll
» Ultimatum joute de hockey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Grey's Anatomy RPG :: ♣ Hôpital :: Blocs opératoire :: Couloir du bloc-
Sauter vers: